Les Insécables, blog beauté et lifestyle
chronique à moto

Chronique à moto – Part I.


Il y a quelques mois, j’ai légèrement craqué et j’ai acheté une moto ! Pas encore la grosse et belle moto mais pour commencer une petite 125 cc. Retour sur expérience… De quoi vous donner envie au printemps !!!

DÉBUT D’ANNÉE – Je rencontre mon copain actuel et voilà qu’il s’avère être un motard. Passionné qui plus est ! J’avoue le côté blouson en cuir et bottes m’a fait littéralement craquer. J’avais toujours voulu monter sur une moto mais n’avais jamais eu l’occasion jusque là. Vous comprendrez donc mon excitation la première fois que monsieur m’a emmenée faire un tour. OK il y avait aussi un peu de peur. Comment le tenir ? Faut-il que je me penche avec la moto ? Est-ce que je le colle trop ?

MAI – Quelques mois plus tard je suis fan ! Fan de la sensation d’être sur un deux roues (qui file plus vite qu’un vélo) et de voir des paysages autrement qu’à travers la vitre d’une voiture. La vitesse fait monter l’adrénaline. J’habite en centre-ville et je ne voulais pas investir dans une voiture. La moto m’a donc paru un bon compromis. Seul hic pour passer le permis gros cube : il faut repasser son code s’il a plus de 5 ans. C’est du temps et surtout un budget. Par contre, la formation de 20 h, plateau + circulation avec un examen final vous garantit d’être confiante une fois lâchée seule sur la route. Je me décide donc pour une petite 125 cc (pour commencer). Déjà détentrice du permis B depuis plus de 2 ans, il faut que je fasse une formation de 7h en moto-école afin d’avoir une attestation pour pouvoir la rouler.

JUIN – Rendez-vous pris, je commence ma formation deux-roues. Au programme, un petit livre à lire (type code de la route pour rappel et base de la conduite d’une moto). Après la théorie de 2H vient la pratique. Première prise en main : pousser la moto pour former un 8 au sol. Ça fait son effet, car même une petite 125 pèse déjà son poids (environ 130 kg avec le plein). Ensuite je suis passée à la conduite. Comme en voiture il faut apprendre à démarrer, passer les vitesses, rétrograder. Je fais un peu de slaloms pour apprendre à pencher la moto en roulant à 50 km/h et ensuite un parcours de plateau pour maîtriser la moto à faible allure, en passant des portes et contournant des obstacles. Deuxième jour de formation, il pleut à torrents… Je me demande si le cours va être annulé. Heureusement, la pluie s’arrête juste avant le début du cours ce qui nous permet de partir. Le petit problème, c’est que la conduite sur route mouillée, en moto, c’est tout un art ! En tant que « boulette » ça n’a pas manqué, je fais la plus grosse erreur : freiner sec sur un passage piéton (les bandes blanches sont hyper glissantes lorsqu’elles sont mouillées). Après un petit soleil par dessus la moto je me relève et chevauche la bête à nouveau. Règle importante en moto : ne pas avoir peur. Je prends mon courage à deux mains et continue le cours. J’ai de la chance c’est exactement ce qu’il fallait faire pour montrer au prof que je n’avais pas peur. Il m’a donc fait faire plusieurs freinages sur route mouillée afin que je ne refasse jamais la même erreur.
A la fin de la formation, j’obtiens mon attestation (youhou enfin !)

JUILLET – Achat de la moto. Le plus sympa 🙂 Après avoir cherché la bonne occasion sur leboncoin, je passe à Honda faire un tour. La dernière CB125F est là, toute neuve, en exposition. Au départ je ne m’arrête pas, me disant que c’est hors budget. Et finalement la curiosité me pousse à regarder le prix. Tout à fait raisonnable pour une neuve, comparé à ce que je trouvais sur Internet. Après un petit essai, je signe ! Attention pour info : l’achat d’une moto neuve entraîne des petites contraintes. Il faut « roder » le moteur pour lui permettre d’atteindre le maximum de ses capacités. Ce qui veut dire qu’au début le moteur ne doit pas dépasser les 5 000-6 000 tours (environ 70 km/h sur ma Honda 125). Pendant les 1 000 premiers km il faut augmenter progressivement les tours afin de faire le rodage correctement.

Voilà mes débuts, l’expérience a vraiment été sympa à vivre, je ne le regrette pas. La moto est un moyen pratique pour se déplacer en ville, un plaisir pour les sensations qu’elle procure en dehors.
J’espère que ce petit résumé vous aura donner envie d’essayer. La suite des chroniques à deux-roues viendra, avec les avantages et inconvénients de la moto, des trucs et astuces pour combiner sécurité et coquetterie etc.

Pour récap’ si vous voulez rouler une 125 cc :
Vous avez le permis B depuis + de 2 ans : vous devez passer, comme moi, une formation de 7h (théorie + pratique) à la fin de laquelle vous aurez une attestation pour rouler.

Vous avez le permis B depuis – de 2 ans : tout comme les non détenteurs du permis B, vous devez passer une formation plus complète : le permis A1 (dont le code de la route si vous ne l’avez pas). Ce permis est accessible dès 16 ans.

 

Sophie

Partagez cet article !